ANGLETERRE – IRLANDE : 1-1

11 juin 1990 – Premier tour, groupe F – Stadio Sant’Elia, Cagliari (Italie)

Déjà, lors de l‘Euro 1988 en Allemagne, les Irlandais avaient martyrisé leurs voisins anglais, en l’emportant contre toute attente 1-0. Les deux sélections se retrouvent en Sardaigne pour cette revanche. Et, une fois encore, l’Eire va freiner l’ambition des représentants de Sa Gracieuse Majesté. Il faut dire que, sur le banc, un homme connaît à la perfection les qualités mais, surtout, les défauts de l’adversaire du jour. En l’occurrence Jacky Charlton, champion du monde en 1966 avec… l’Angleterre !

Surnommé la “Girafe“ dans son pays d’origine, en raison de sa taille (1,91 mètre), l’ancien défenseur de Leeds United se fait un malin plaisir de faire déjouer ses compatriotes. Les autorités italiennes ont placé tous les matches de ce groupe F – avec les Pays-Bas et l’Egypte également – sur les deux îles du sud (Sardaigne et Sicile), histoire de mieux juguler les déplacements des supporters et d’éviter ainsi tout débordement.

Sous le soleil sarde donc, les Anglais semblent prendre rapidement la mesure de l’événement. Dès la 9e minute, Gary Lineker joue les renards des surfaces. Fox in the box ! L’attaquant de Tottenham, meilleur buteur du Mondial mexicain, quatre ans plus tôt, s’arrache pour tromper Pat Bonner, le gardien celte.

Les hommes de Bobby Robson tiendront une heure, avant de balbutier une relance aux abords de leur surface. Kevin Sheedy en profite et le milieu d’Everton égalise d’un tir croisé à ras de terre. Bad trip ! Un large smile barre le visage de Jack Charlton. Malgré cette entrée en matière poussive, la bande à Paul Gascoigne ira jusqu’en demi-finales. Loin de leurs vacances en Sardaigne…

Nicolas Gettliffe

 

LE BUREAU DES LÉGENDES

Colin McDonald : modeste gardien de but de Burnley, il entre pourtant dans la légende en participant, ce 11 juin 1958 à Göteborg, au premier 0-0 dans l’histoire de la Coupe du monde, au cours de choc Angleterre-Brésil. Même un gamin surdoué, surnommé Pelé, prince en Suède, bute sur l’homme aux gants d’or.

Archibald Gemmill (photo) : milieu de terrain virevoltant pour l’Ecosse, “Archie“ joue un bien mauvais tour aux Pays-Bas, ce 11 juin 1978 à Mendoza. L’habituel meneur de Nottingham Forest claque un doublé et, surprise, ça fait kilt ! Les futurs finalistes néerlandais en Argentine trébuchent (2-3), mais l’Ecosse, malgré son exploit, (re)traverse prématurément l’Atlantique.

Abdel Krimau : ancien finaliste de la Coupe de l’UEFA en 1978 avec Bastia, le Marocain a bouclé par la suite un vrai tour de France : Lille, Toulouse, Metz, Strasbourg, Tours et Le Havre… Mais, ce 11 juin 1986 à Guadalajara, l’attaquant de Casablanca brille avec le Maroc et met à terre un Portugal déboussolé (3-1).

Marcelo Salas (photo, le n°11 à côté du n°9, Ivan Zamorano) : le matador chilien maltraite, en ce 11 juin 1998 à Bordeaux, la défense italienne. Le buteur patenté de River Plate, sur le point de rejoindre l’Europe et la Lazio (tiens, tiens !), réussit un doublé mémorable. La Squadra Azzurra s’en sortira in extremis (2-2), grâce à un penalty généreux transformé par Roberto Baggio.